Histoire de rennes… téléportés?

Extrait de Lo! Le second livre des damnés : En novembre 1852, le sujet des oreilles de caribou était sur toutes les lèvres en Angleterre. Des lecteurs écrivaient à la rédaction des journaux. La question avait même été débattue au Parlement. Des gens qui n’avaient jamais vu d’oreilles de caribou émettaient des hypothèses. La chose était que des peaux de caribou arrivaient à Tromso en Norvège, en prove­nance de Spitzberg, et qu’on avait remarqué des oreilles poinçonnées parmi certaines pièces. Des Anglais avançaient l’idée que Sir John Franklin avait franchi le passage du Nord-Ouest et que des membres survivants de son expédition tentaient de communiquer avec les rares chasseurs qui atteignaient Spitzberg. Spitzberg étant inhabité, c’était l’explication logique. Ce lieu se trouve à quelque 720 kilomètres au-delà du cap Nord en Norvège… Et peut-être qu’un caribou exceptionnel pouvait franchir cette distance à la nage, tout le monde connaît des histoires de rennes exceptionnels… LISEZ CET EXTRAIT DE LO! DANS LE PDF QUI VOUS EST OFFERT :

HistoireRennes_LoSecondLivreDesDamnes

Reindeer or Rangifer tarandus vintage engraving

Une première nouvelle de Charles Fort traduite en français

Dès la fin de son adolescence, Charles Fort est parti bourlinguer dans le monde, avec quelques dollars en poche. À son retour aux États-Unis, un an et demi plus tard, il a tenté de se faire une place dans l’univers journalistique. Les démarches ont été difficiles. Connaissant maintenant un peu le personnage, vous vous doutez que Fort sortait déjà de l’habituel et du commun. Il a néanmoins vendu des dizaines de nouvelles à la pièce, parfois au bout de plusieurs mois d’une insistance discrète, aidé par Théodore Dreiser, un romancier qui reconnaissait l’envergure du personnage. Ces années d’écriture par nécessité ont été pour Fort des années de galère. Elles ont, pour reprendre ses termes, «forcé le génie que je croyais être à développer son intelligence». Voici en primeur la nouvelle «J’ai tout gâché», traduction de «I Meddled».

J’AI TOUT GÂCHÉ (Une nouvelle de Charles Fort)

J'ai tout gachŽe, par Charles Fort

Embrasements célestes et retombées terrestres

Lu dans Science et vie, juillet 2014 : « Les plus violents événements cosmiques seraient la cause de séismes ici-bas? La théorie semble venir tout droit du Moyen Âge ou de quelque site Internet ésotérique. Elle est pourtant au cœur des travaux de deux physiciens américains, Michael Coughlin et Jan Harms, lancés sur les traces des ondes gravitationnelles, ces imperceptibles déformations de l’espace-temps… »

Il est savoureux de penser que Charles Fort a évoqué, en 1931 à la publication de «Lo!», la possibilité de liens entre les cataclysmes terrestres et les soubresauts d’étoiles. La partie trois de cet ouvrage phare y est consacrée : février 1887, des feux dans le ciel précèdent un séisme destructeur à Gènes… En août 1868, un ciel incandescent et des explosions sont le prélude à de vastes effondrements au Pérou, et personne ne trouvera de volcan en activité pour expliquer le phénomène… En août 1885, la galaxie Andromède s’illumine d’un coup, après l’apparition d’une nouvelle étoile. Quelques jours plus tard, la Suède vit d’étranges épisodes… Fort recense des dizaines de faits terrestres qui ont succédé à des naissances d’étoiles. Il faut prendre la mesure de toutes ces occurrences insolites pour comprendre à quel point notre fresque astronomique est inachevée.

Comme disait André Gide, «Cesse de croire et instruis-toi».

-->
Page 9 sur 11« Première page7891011